• Nederlands
  • English
  • Chaussée de Charleroi - 110 | 1060 - BE
    +32 2 502 41 91

    LE PIÉTONNIER PASSE DOULOUREUSEMENT SON PREMIER GRAND ORAL

    – 28 octobre 2015 –

    Atrium.Brussels clôture sa première évaluation de la mise en piétonnier des boulevards du centre-ville de Bruxelles. Des relevés de flux et enquêtes de satisfaction auprès des clients et commerçants du Pentagone permettent à l’Agence Régionale du Commerce de soumettre un premier bilan du projet et une liste de recommandations aux commerçants et pouvoirs publics.


    Constat n° 1 : Une fréquentation volatile du piétonnier

    Depuis la mise en test du piétonnier, l’on observe une volatilité généralisée des flux de piétons sur le Boulevard Anspach. D’un mois à l’autre, la fréquentation quotidienne peut différer d’environ 10.000 piétons. C’est le cas pour le point de comptage situé aux n°41/47 du Boulevard Anspach, qui voit ses flux passer de 37.990 piétons quotidiens en août 2015 à 26.930 en septembre 2015 (-11.060) avant de revenir à une moyenne de 31.979 en octobre 2015 (+5.049).


    À ce titre, il est frappant d’analyser cette évolution en comparaison à celle de la rue Neuve qui agit, dans le graphique ci-bas, comme valeur étalon. Tant avant qu’après la mise en piétonnier des boulevards du centre, la rue Neuve se caractérise en effet par une très grande stabilité de fréquentation. Son amplitude maximale, constatée entre septembre et octobre 2015, enregistre d’ailleurs une hausse d’à peine 2.553 piétons quotidiens.

    Résultats – Les flux piétons

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles


    Constat n° 2 : Un piétonnier trop soumis aux facteurs conjoncturels

    Certains éléments conjoncturels, tels que les conditions climatiques ou le calendrier, permettent tout à fait d’expliquer la volatilité des flux sur le piétonnier.

    Néanmoins, la rue Neuve, exposée aux mêmes facteurs, s’en voit nettement moins impactée. La différence majeure entre le comportement de la rue Neuve et celui du piétonnier est observable dans les raisons de visites des chalands.

    Cette volatilité des flux est nuisible car synonyme d’imprévisibilité et d’impossibilité à anticiper, tant pour les commerçants que pour les politiques.

    Si l’offre commerciale et le shopping semblent structurer la rue Neuve et ainsi stabiliser ses flux, il n’en est pas de même pour le piétonnier qui tend à se comporter comme un parc public, prisé pour un usage récréatif plutôt que commercial.

    Aujourd’hui, cette volatilité des flux est nuisible car synonyme d’imprévisibilité et d’impossibilité à anticiper, tant pour les commerçants que pour les politiques. Ces turbulences doivent faire l’objet d’une observation constante afin de juger de leur évolution.


    Constat n° 3 : Une unanimité sur le principe,  pas sur sa gestion

    Atrium a réalisé des enquêtes de satisfaction auprès d’un échantillon de 213 clients et 233 commerçants. L’Agence a demandé aux répondants de quantifier leur degré de satisfaction pour cinq thèmes différents : Adhésion au principe, Aménagement, Mobilier, Sécurité et Propreté (voir graphiques ci-dessous).

    Globalement, il en ressort que les clients sont plus satisfaits – ou moins insatisfaits – que les commerçants par la mise en piétonnier des boulevards. Ce sont les problématiques propres à la gestion de celle-ci qui cristallisent le plus d’échos négatifs. 

    Un commerçant sur deux et sept clients sur dix se disent neutres ou favorables au principe.

    L’idée de mise en piétonnier des boulevards est le thème qui suscite le plus de satisfaction ; un commerçant sur deux et sept clients sur dix se disent ainsi neutres ou favorables au principe. L’aménagement et le mobilier temporaire placé sur le piétonnier recueillent une cote moyenne, avec environ une personne satisfaite pour une insatisfaite, tant chez les clients que chez les commerçants.

    C’est au niveau de la sécurité et de la propreté sur le piétonnier que l’insatisfaction est la plus importante chez les commerçants. Huit commerçants sur dix se disent insatisfaits de la sécurité et sept sur dix évaluent la propreté comme insuffisante. Entre 44% et 50% de clients partagent l’avis de leurs commerçants .

    Résultats – Adhésion au principe

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles

    Résultats – Satisfaction par rapport à l’aménagement

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles

    Résultats – Satisfaction par rapport au mobilier

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles

    Résultats – Satisfaction par rapport à la sécurité

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles

    Résultats – Satisfaction par rapport à la propreté

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles


    Constat n° 4 : Un impact neutre à négatif sur la fréquentation des commerces

    À la question de savoir si la mise en piétonnier des boulevards a influencé la fréquentation de leur point de vente, beaucoup de commerçants sont neutres (40,8%). Néanmoins, la balance penche vers un sentiment de diminution de la fréquentation tant dans le quartier (30,5%) que dans les commerces (42,1%). Seuls 12,4% des commerçants déclarent que le piétonnier a eu un impact positif sur leur fréquentation.

    En distinguant ces réponses par mix commerciaux, on observe que les secteurs de l’alimentation, de la restauration et de la mode sont les seuls à déclarer un impact très positif ; cette réponse reste néanmoins minoritaire au sein de chacun des mix. Le mix Décoration et Maison est celui qui déclare le plus souvent un impact négatif. 

    Résultats – Perception de l’impact sur le chiffre d’affaire

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles

    Résultats – Affinement par quartier: chiffre d’affaire

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles

    Résultats – Affinement par segment: chiffre d’affaire

    Flux piétons du piétonnier - Bruxelles


    Recevez notre newsletter tous les mois !

    Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les news directement dans votre boîte mail:

    octobre 28, 2015
    More in Analyses
    Commerces de bouche : Bruxelles se pourlèche à nouveau les babines

    Tombé en désuétude dans les années 50’, le commerce de bouche voit naitre depuis quelques années une nouvelle génération d’artisans....

    Close